Jean-Yves Le Drian conteste des suspicions de favoritisme

Jean-Yves Le Drian conteste des suspicions de favoritisme
Jean-Yves Le Drian © Bertrand Guay - AFP

Médiapart avait fait mention d’une affaire de favoritisme impliquant le ministre des affaires étrangère. Mais Jean-Yves Le Drian vient de formellement démentir l’information.

Jean-Yves Le Drian: des passe-droits pour ses petit-enfants ?

Invité ce jeudi 08 mars sur la chaîne d’information CNews, le ministre des affaires étrangère est revenu sur une publication à polémique de Médiapart. Selon le site d’information, Jean-Yves Le Drian serait intervenu pour faire inscrire les petits-fils de sa compagne au lycées français de Barcelone. Il aurait notamment, par le biais de son cabinet, forcé le verrou pour faciliter l’admission de ses petits-enfants. Une inscription hors-délais et faisant fi de centaines de cas similaires dont les demandes ont été rejetées. Durant son intervention ce jour, le chef de la diplomatie française a nié avoir accordé un quelconque passe-droit à ses petits enfants. « Je ne suis pas intervenu pour l’admission de mes petits enfants » a-t-il affirmé sur CNews.

Il n’y a aucun rapport

Démentie formelle donc de la part de Jean-Yves Le Drian. Il précise par ailleurs que c’est uniquement la mutation professionnelle de son beau-fils à Barcelone qui a motivée sa démarche auprès des autorités espagnoles. Selon ses propos, le ministre à tout simplement jugé utile d’informer, par le biais de son cabinet, les autorités du pays qu’une partie de sa famille vivrait désormais à Barcelone. Il ne voit donc pas le rapport entre sa démarche et le lycée français de Barcelone. Jean-Yves Le Drian a en outre rappelé que l’inscription dans un lycée français à l’étranger est soumise à des règles. Il appartient en effet à une commission d’agrément de décider de l’admission ou non des candidats. La commission a, dans le cas d’espèces, fait son travail donc il serait vraiment maladroit de polémiquer autour du sujet. Pour le ministre, ses petits-enfant répondaient à tous les critères, et c’est la seule conclusion à tirer.